Lettre à une jeune traductrice

images-3Il y a peu j’ai été contactée par une charmante étudiante en traduction désirant savoir que faire de son mémoire de Master (en espagnol) qu’elle aurait bien aimé faire publier…

Je me suis alors entendue lui dérouler la liste des mises en garde qui s’imposent, ainsi que celle des misères susceptibles de la guetter au coin de la page, hélas, même si enimages-2 espagnol il est possible que la situation soit moins périlleuse qu’en anglais, où la concurrence rend tout traducteur interchangeable et donc peu susceptible de gagner quelque négociation/bataille que ce soit…

Ce n’est pas la première jeune fille (ce sont toujours des filles !!) qui me contacte pour obtenir mes bons conseils et autres tuyaux, et je m’en veux toujours un peu de tuer leur enthousiasme dans l’œuf, mais que suis-je supposée leur raconter ? Un conte de fées édulcoré, ou la vérité ? Or la vérité, la réalité de la traduction littéraire en temps de crise (y compris éditoriale), n’a rien d’enchanteur ni d’enchanté.

En anglais la concurrence est féroce, habiter à Paris semble un avantage infaillible qui pénalisera forcément ceux/celles (nombreux) qui n’y vivent pas (ah, les fameux contacts !), les commandes sont aléatoires, en dépit d’une bonne réputation (au hasard des exemples, je prends le mien !) elles peuvent mettre des lunes à se matérialiser – j’ai eu comme ça un éditeur qui m’a dit ne pas m’avoir appelée, convaincu que, étant donné mes compétences, j’étais forcément surbookée et lui dirais non… -, même après des années de métier les contrats sont rarement négociés en faveur du traducteur, les émoluments peinent à payer le loyer de quiconque si l’on vit seul et/ou sans autre revenu, sachant que les trois tiers du règlement sont payés à des intervalles très irréguliers et le dernier soumis à l’acceptation du texte, que l’éditeur refuse parfois d’accepter histoire d’éviter de payer…

Bref c’est une galère sans nom et je peine à imaginer que l’on puisse rêver d’y plonger. Cela n’a jamais été mon cas, je suis tombée dans la marmite par accident avec d’autres ambitions en tête, et si le fait de travailler @home a exercé sur moi un attrait suffisant pour avoir envie de poursuivre l’aventure, il est indéniable que si j’avais été prévenue avant de ce qui m’attendait, je n’aurais jamais choisi de poursuivre dans cette voie-là, qui a tout d’un sacerdoce ! Hélas, après trois changements de carrière, j’arrive à un âge où l’on se fatigue de se recycler, même si je ne cesse de l’envisager.


images-1Mais revenons aux conseils très concrets que j’ai pu distiller à cette jeune traductrice qui m’appelait, toute pleine d’une belle énergie et d’un bel enthousiasme ! Il n’est pas commun pour un traducteur d’effectuer les démarches vers un éditeur, c’est presque exclusivement dans l’autre sens que cela fonctionne (et que la chance prend toute sa place), sauf lorsque l’on a quelque chose de très précis à leur proposer, comme un auteur intéressant qui ne serait pas encore traduit et aurait fait l’objet d’un mémoire de Master, par exemple… Quand l’on sait que certains écrits de Edith Wharton ont mis cinquante ans à être traduits, il est permis d’espérer…

Afin de mener à bien ce genre de proposition, il convient néanmoins de respecter quelques procédures : écrire à l’éditeur de la langue source pour s’assurer que le livre n’est en traduction nulle part, car ce n’est pas parce que vous ne trouvez rien sur Google, Amazon ou autre que le livre n’est pas en train d’être traduit… ; envoyer votre travail au plus vite, les bonnes idées ayant le malheur de fleurir en même temps ; préparer une lettre introductive avec vos coordonnées, une notice bio-bibliographique de votre auteur (avec sa photo !) et quelques lignes à la fin sur vous ; inclure la couverture de l’original et un résumé (la quatrième traduite fera généralement très bien l’affaire) ; un chapitre traduit par vous (et l’original, comme pour le résumé) ; envoyer le tout par la poste exclusivement avec une présentation soignée (ma jeune traductrice s’apprêtait à faire des envois mèl la destinant au panier à coup sûr !!), si possible reliée (ou dans un joli classeur) et adressée au directeur/à la directrice du département de littérature étrangère (la recherche d’un nom est mieux encore) de plusieurs maisons soigneusement choisies comme publiant de la littérature étrangère (Rivages, Phébus, Plon, Lattès, Stock etc.).

Après quoi, vous n’avez plus qu’à prendre votre mal en patience et attendre quelques mois – quelques semaines si les vents vous sont favorables –  en n’oubliant pas de vousUnknown
envoyer un duplicata du dossier à vous-même : au cas où vous vous feriez doubler – car une fois alerté sur cette perle rare que vous avez dénichée, qui empêche l’éditeur de faire travailleur un traducteur maison plus chevronné que vous ? -, cela peut vous être utile, même si commencer une carrière par un litige juridique est un bien mauvais moyen d’entrer dans la profession…

Allez, courage, et si c’est votre passion, vous avez raison d’y croire et de tout tenter bien sûr ! 🙂

Télécharger cette page en PDF

3 commentaires

  1. Claire sur 26 février 2015 à 10:11

    Merci pour ces précieux conseils, même s’ils sont un peu décourageants (et le commentaire de Billiet encore plus) pour quelqu’un qui n’habite pas à Paris et ne souhaite pas s’y installer… Mais je vais prendre mon courage à deux mains et tenter l’aventure, après tout, je n’ai rien à perdre, et le fait de savoir que c’est dur permettra de relativiser l’échec, ou de rendre plus belle encore la réussite!

  2. Edith Soonckindt sur 5 juin 2013 à 10:04

    Merci pour ces quelques mots, chère Hélène ! Je suis contente de voir mes conseils confirmés, même s’ils ne sont pas des plus optimistes, hélas…

  3. billiet sur 5 juin 2013 à 9:18

    article très fourni et très vrai. Après un Master de traduction et de rédaction éditoriale, j’avais envisagé une carrière de traductrice littéraire. Mais je ne voulais pas m’expatrier à Paris et les quelques contacts avec des maisons d’édition m’ont carrément refroidie. Mais si vous y croyez alors pourquoi pas, il suffit d’une fois…
    billiet a publié récemment:..L’anglais a ses préférences que le français ignoreMy Profile

Laissez un commentaire





CommentLuv badge

Scroll Up
%d blogueurs aiment cette page :