\ \ \ \ \ \ \ \ \

Mes années américaines

L'auteur en baba cool californienne...

I l y en a eu deux, la première à 17 ans dans le cadre d'un échange entre Montpellier et Louisville, Kentucky, et où je me suis retrouvée tour à tour lycéenne, étudiante en philo et trésorière de l'International Club puis reporter photographe pour un journal local (The State Journal), le tout sur fond de baby sitting et cours de français pour arrondir mes fins de mois.

La seconde à 20 ans, dans le cadre d'un échange universitaire cette fois, et où je me suis retrouvée étudiante en littérature française (...) sur l'un des 8 campus de l'Université de Californie (UCSC Santa Cruz), ainsi que présidente du French Club et répétitrice de théâtre, avec un rôle chanté dans L'Amour médecin de Molière, ainsi que celui de Phèdre...

D e ces deux années je garde des souvenirs contraires, l'ivresse à 17 ans de la découverte d'un nouveau continent et d'une culture, d'un mode de vie tellement différents, et exaltants ! J'aurais rêvé alors de m'installer là et d'y rester.

La deuxième année fut un choc plus déstabilisant après une traversée du Canada de 3 jours et 3 nuits en Greyhound pour rejoindre une Californie que j'ai cordialement détestée, et où j'ai cruellement ressenti différence et solitude à un degré bienheureusement jamais éprouvé depuis.

Curieusement, j'ai peu écrit sur ces deux expériences, sauf des textes épars ici et là.

Mais d'autres l'ont très bien fait pour moi : dans Less Than Zero (Moins que zéro), Brett Easton Ellis décrit à merveille la vacuité d'une certaine jeunesse californienne qui m'avait, moi, profondément dérangée.

Et dans Amérique, Baudrillard y fait, entre autres, un descriptif de Santa Cruz "faux paradis et véritable enfer", qui m'a consolée dans la vision très déstabilisante que j'avais eue de cette ville à l'époque et que j'attribuais à un ressenti pour le moins sujet à caution.

 

Autant dire que là, je n'ai eu aucun regret de m'en aller tant la superficialité ambiante m'avait infiniment pesé, ainsi que les tremblements de terre et autres serial killers en liberté...

Curieusement, des années plus tard, est sorti un livre intitulé Avenue des géants qui retraçait le parcours de "mon" serial killer, celui avait effrayé Santa Cruz quelques années avant mon arrivée (apprenais-je dans le livre) alors que partout il semblait que c'était la veille encore qu'il avait tué, violé puis découpé en morceaux (y compris sa propre mère)... Très beau roman, ce livre parvient à réussir le tour de force de le rendre humain, voire attachant, et en tout cas tout à fait pardonnable ! Que n'était-il sorti à  l'époque...

 

Version papier Kindle
   
Scroll Up